Formation massage Ziegelau Strasbourg CHOISIR SA FORMATION

Par où débuter ?
Quelle école ?


Que ce soit pour exercer professionnellement ou non, vous avez le projet de vous former en massage et vous vous posez la question de savoir par quelle approche ou technique débuter et à quelle école vous adresser.
 
Pour répondre à cette question qui nous est souvent posée, nous n'avons pas la prétention de vous répondre de façon exhaustive sur cette page et vous conseillons d'acquérir notre ouvrage 'S'établir praticien en massage bien-être" que vous trouverez facilement en librairie ou sur Internet, notamment à la boutique de l'éditeur.
 
Ici nous traiterons seulement 3 questions :
 
- QUEL EST VOTRE PROJET ?
 
- PAR QUELLE FORMATION DEBUTER ?
 
- QUELS CRITERES POUR LE CHOIX D'UNE ECOLE ?

- DIPLÔMES ET CERTIFICATIONS ?
 
QUEL EST VOTRE PROJET ?
 
Qui êtes-vous ?
C'est par cette question que cela commence car de la réponse à cette première question dépend tout le reste : Débutez-vous dans la vie professionnelle, comment êtes-vous attiré(e) par le bien-être, avez-vous déjà une expérience, quel est votre rapport aux autres, psychologiquement, dans le toucher, ... ?

Quels sont vos objectifs ?
M'installer rapidement à temps complet ou faire du domicile, travailler en institut, constituer un complément de revenus, masser pour mon plaisir et celui de ma famille, mes amis, ...

Quels sont mes moyens ?
J'ai déjà un lieu où exercer, j'ai quelques moyens financiers, j'ai du temps devant moi, je peux me faire financer par pôle-emploi ou au titre du DIF, ... autant de questions à examiner avant de selancer à corps perdu.
 

PAR QUELLE FORMATION DEBUTER ?

Si vous ne savez vraiment par où commencer et quelles approches vous intéressent, commencez par une initiation d'un ou deux jours telle que nous en proposons une (Initiation massages).

Cela vous permettra de faire connaissance et de discuter avec d'autres personnes (stagiaires et formateurs) qui ont des préoccupations semblables aux vôtres, d'aborder des techniques, de tester une école.

Vous pouvez commencer également par le massage californien qui, étant une synthèse occidentale de nombreuses techniques de massage, en est, d'une certaine manière, une synthèse et une base pour aller plus avant. Si une autre approche vous tente, n'hésitez pas : Nous avons eu ainsi des stagiaires qui ont commencé par une autre discipline qui les tentait et qui s'en sont trouvés très bien !

Si vous avez un peu d'appréhension pour commencer avec un massage à l'huile en sous-vêtements (voire nu - vérifier la tenue avant de vous inscrire) ou si, simplement, vous vous destinez aux massages habillés, vous pouvez commencer par du massage thaï, du shiatsu de bien-être, de la réflexologie, du massage assis, ...

Quel que soit votre choix pour débuter, il est important que vos premiers contacts avec le massage soient de qualité, que vous vous sentiez bien, que vous ayez envie ... 
 

QUELS CRITERES POUR LE CHOIX D'UNE ECOLE ?

Le site
Pas plus que l'habit ne fait le moine ou l'étiquette ne fait la qualité du vin, le site n'est une garantie des formations prodiguées par une école. Cependant, en l'examinant attentivement, on peut juger un peu de son sérieux en ne se laissant pas abuser par l'esthétique de la présentation :
- Le site est-il à jour ?
- Les mentions légales sont-elles présentes ainsi que tous les renseignements administratifs ?
- Les tarifs sont-ils clairement apparents (obligation légale) ?
- Y-a-t-il une présentation et des photos des formateurs ?  
- Pour les lieux, un bon photographe transforme aisément en palace un local sans intérêt.
- Les présentations sont-elles claires ou noyées dans le verbiage du bien-être ?
- Devis : vous devez pouvoir demander facilement un devis détaillés conformément au code du travail.
- Transparence : d'une manière générale, le site doit vous donner toutes les informations pratiques (dates, tarifs, lieux, renseignements administratifs, noms, adresses, organisation, ...) sans qu'il y ait besoin (à part des détails) d'en demander. 

Les tarifs 
- Légalement, ceux-ci doivent être présents sur le site et doivent pouvoir être connus sans avoir besoin de les demander.
- Examiner les coûts à la journée mais aussi au total de la formation : faut-il rajouter nécessairement des révisions, des compléments, des certifications ? Les documents, le matériel, les fournitures sont-ils compris dans le coût ?
- Tarifs élevés ne velent pas dire, hélas, nécessairement prestations de qualité : étant donné nos tarifs particulièrement compéttitifs, il nous est arrivé plusieurs fois que des personnes intéressées vérifient d'un peu plus près qui nous sommes par méfiance ! Il peut arriver, cependant, que des tarifs un peu élevés soient parfgaitement justifiés.

Le contenu des formations
- Personnellement, nous sommes partisans des formations pratico-pratiques avec la théorie incluse en cours de route et un minimum de documentation.
- Il existe des écoles où la théorie est enseignée de façon scolaire avec même des devoirs et des interrogations : cela peut vous rassurer mais ce n'est pas vraiment l'essence du massage.
- Le "vrai" massage trucmuche : certaines écoles prétendent vous enseigner le "vrai" massage "trucmuche" appris auprès du maître XY. Le massage étant essentiellement enseigné et transmis de façon informel, il n'y a pas de "vrai" massage d'où que ce soit à part des techniques très codées comme le Shiatsu ou le Tui Na. De plus, en France, toutes les techniques de massage sont importées, que ce soit d'Hawaîi pour le Lomi lomi, des pays asiatiques pour le Shiatsu, le Tui Na, les massages thaïlandais et ayurvédiques, de Californie et la Suède pour les massages portant leur nom. Il n'existe qu'une exception à notre connaissance avec un "massage français" prôné par une école et une fédération.
En réalité donc, les massages ont été importés en France et sont pratiqués dans un contexte français avec, parfois, des apports importants dans les approches françaises telles que celles de Jean-Louis Abrassart, Claude Camilli, Ulla Bandelow, Joël Savatofski, Guy Dumont, ... qui ont été les pionniers en la matière.

La durée des formations
Grande est la discussion entre les formations longues et les formations courtes.
- Nous prétendons, pour notre part, que la durée d'un enseignement n'est pas une garantie de qualité, ni l'inverse, d'ailleurs ; tout dépend du contenu.
- D'autre part, certaines de ces formations longues (pas toutes) sont en fait des patchworks de formations courtes pour satifaire les exigences de certaines fédérations ... et faire durer le plaisir. La "carotte" étant la certification délivrable seulement au bout du parcours.
- Il y a aussi un abus de propositions qui prétendent vous former en trop peu de jours, voire en quelques heures. Il faut toujours confronter quantité, qualité et tarif evec le contenu.

La pédagogie
Le plus important : Elle dépend plus des formateurs que des écoles.
- A-t-on des renseignements fiables sur les formateurs ?
- Sait-on, au moment de l'inscription, quel sera le formateur le jour de la formation ?
- Une amie a été très contente d'une formation, assurez-vous, si vous choisissez de suivre la même, que vous aurez le même formateur. Une école qui emploie plus de dix formateurs peut-elle garantir les qualités pédagogiques de tous ? Vous pouvez être très content d'une formation et être déçu par une autre de la même école, simplement parce que le formateur n'est pas le même.
- Se méfier des témoignages enthousiastes pour le formateur ou la formatrice, publiées sur certains sites. Outre qu'ils peuvent être "bidons" - ça existe -, ils ne donnent pas forcément de bonnes indications sur le contenu. Il y a des formateurs et formatrices particulièrement agréables mais avec lesquels on n'apprend pas grand'chose. A l'inverse, nous avons suivi des formations où le formateur n'était pas plaisant, voire carrément désagréable, mais où nous avons beaucoup appris.
- Regarder le cursus des formateurs mais c'est moins la connaissance technique du massage enseigné qui est importante que la capacité à la transmettre intelligemment.
- Le meilleur renseignement sur la pédagogie est le bouche-à-oreille.

Le bouche-à-oreille
Le meilleur renseignement sur la pédagogie est le bouche-à-oreille mais les témoignages enthousiastes restent à analyser en demandant en quoi c'était si bien : l'organisation, la pédagogie, ce qui a été réellement appris.
N'oublions pas que le monde du bien-être est peuplé de charlatans beau-parleurs, de pervers discrets et de gourous manipulateurs et que la plupart savent très bien se vendre.
 
Le test - le rendez-vous
Si, en plus, vous ne connaissez pas du tout la technique envisagée, vous pouvez demander à l'organisme de formation une prestation de celle-ci par le formateur ou l'un de ses élèves et puis, c'est l'occasion d'en discuter.
Vous pouvez également demander un rendez-vous préalable sans prestation ; cela vous donnera l'occasion de voir les lieux et de sonder l'organisme ; cela vous permettra éventuellement d'écarter les organismes et les formateurs douteux - malheureusement, ça existe et ce n'est pas rare.
 
Les agréments de l'école
- Outre que l'école doit être dûment enregistrée, quel que soit son statut, avec un numéro SIRET, il est important qu'elle soit également enregistrée à la Préfecture de la Région avec un numéro de Déclaration d'Activité de formation professionnelle continue - appelé couramment "numéro d'agrément" alors que, juridiquement, il ne vaut pas agrément de l'Etat - ce qui permet des financements par Pôle-Emploi et, au titre du CPF (anciennement DIF), par les employeurs et les OPCA (FAFCEA, AGEFICE, FIF PL, AGEFOS, UNAFIF, FORCO, ...).
- Le référencement au Data Dock, catalogue mis en place par les financeurs permet à ceux-ci de garantir la compétence de l'organisme de formation référencé. La Ziegelau est en cours de référencement.
- Certaines écoles sont agréées par des fédérations : il faut regarder quelles sont les conditions de cooptation pour ce faire. Ce sont des conditions purement formelles portant essentiellement sur l'organisation de formation longue avec certification et sans contrôle de la pédagogie.
- Nous ne doutons pas de la qualité de la plupart de ces écoles mais l'agrément délivré par une fédération ne vaut pas garantie de la qualité de la pédagogie.

Les certifications
- De nombreuses écoles délivrent des "certifications" avec ou sans examen et autres exigences. Il faut rappeler qu'aucune de ces certifications dans le domaine du bien-être  n'a de valeur légale et n'est obligatoire pour exercer professionnellement. Trop souvent (pas toujours), elles ne servent qu'à en "rajouter" dans la caisse de l'école.
- Nous ne condannons en aucune façon cette pratique mais nous avons choisi, pour notre part, de délivrer à tous nos stagiaires une attestation de formation dans une présentation qui leur permet de l'afficher pour rassurer leur clientèle mais c'est à eux de faire ensuite leurs preuves.
- Les certifications des fédérations qui sont délivrées au vu de celles accordées par les écoles agréées sont de même nature et n'ont pas plus de valeur.

DIPLÔMES ET CERTIFICATIONS ?

Rappelons d'abord qu'il n'y a aucun diplôme ou certification de l'Etat.
 
En revanche, il existe un Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) où sont enregistrées, de droit pour les diplômes et certifications de l'Etat et après examen et sous réserve de validation par une commission, les certifications professionnelles présentées par les entreprises privées et les associations ainsi que par les branches professionnelles (CQP).

Les fédérations FFMBE et FFMTR ont présenté des dossiers, il y a quelques années, mais sans enregistrement depuis.

Vous pouvez consulter les certifications enregistrées selon nos consultations sur le siote du RNCP en cliquant ici.

 

Les techniques enseignées n'ont aucune visée thérapeutique ou médicale et ne sont pas assimilables aux actes réservés aux professionnels de santé régis par le code de la santé publique ni à ceux réservés règlementairement aux ostéopathes, chiropraticiens et esthéticiennes.

La profession de praticien en techniques manuelles de bien-être n'est pas règlementée ; elle est libre et les techniques pratiquées peuvent l'être sans diplômes ou certificats particuliers.